Ce projet complexe à fort potentiel, ayant pour objectif de faire disparaitre ces pylônes électriques aussi nuisibles qu’inesthétiques, s’accompagnera d’une valorisation des terrains urbains le long de la D906 pour équilibrer financièrement l’opération.

En cours : le rachat, la revalorisation et la revente de tous les terrains près de la D906 où passe la ligne, de quoi couvrir le coût de l’enfouissement, et même de dégager plus pour financer des équipements publics. Réaménagement à l’étude pour des commerces plus divers et qualitatifs, avec une contre-allée commerciale très verte, équipée notamment d’une piste cyclable.

La modernisation de ce tronçon prévoira la création de stationnements et de cheminements piétons et cyclables plus sûrs. Les maitre-mots de ce projet : sécurité et embellissement.

Un projet porté autour d’une recherche de partenariats pour préserver le budget municipal dont la participation, réduite, grâce à cette recherche, s’étale sur plusieurs années.

• Clamart, première ville à enfouir ses lignes à haute tension.
• Dès 2014, lancement des études nécessaires avec le Réseau de Transport d’Electricité.
• Les travaux ont démarré à Clamart début 2018, le long de la départementale D2, pour se finir en 2024.
• Un budget de 47 millions d’euros dont une participation de l’Etat de 28%, de la région Ile-de-France (20%), du Département des Hauts-de-Seine (20%), du Territoire Vallée Sud Grand Paris (20%) et le concours de la Métropole du Grand Paris (1,5%).
• 14 km de câbles de la ligne vont être enfouis pour alimenter 800 000 logements.